technologie management

Einstein disait : « Les ordinateurs sont incroyablement rapides, précis et stupides. Les êtres humains, incroyablement lents, imprécis mais brillants. Ensemble, ils sont puissants au-delà de toute imagination ».

Depuis son époque, la technologie a bouleversé le rapport au travail. Au point qu’aujourd’hui, 56 % des français font davantage confiance à un robot qu’à leur manager.

Se posent alors plusieurs questions : la technologie est-elle là pour automatiser une partie des tâches du manager ? Est-elle au service du manager ? Doit-il se former aux nouvelles technologies ? lesquelles ? Quelles modifications sur le rôle des managers et des équipes RH ?

Comment l’IA va-t-il changer la relation entre les Humains et la technologie sur le lieu de travail ?

L’intelligence artificielle est de plus en plus adoptée en entreprise. Au total, 50% des travailleurs utilisent actuellement une forme d’intelligence artificielle au travail contre 32% en 2018.

Selon Michelle Veyssière, co-auteure de l’ouvrage « Manager l’intelligence artificielle », il y a trois axes essentiels dans le management :

  • Le management transactionnel : c’est le management de la gestion au quotidien, celui des budgets, des plannings. Il pourrait être remplacé par l’IA et commence à l’être ;
     
  • Le management transformationnel : c’est celui qui va non pas gérer des activités, mais en créer, qui va donner du sens au travail des collaborateurs, motiver les équipes et agir sur le collectif comme sur l’individuel. Pour les participants de notre think-tank T3, c’est bien celui-ci qui va perdurer, car ce qui manque aux "accro" de la technologie, c’est la gestion de la relation humaine et l’intelligence émotionnelle qui reste primordiale.

Or, le robot ne peut pas prétendre à l’intelligence émotionnelle.

  • Le Network management : Cet axe de manager réseau sert à faire passer les idées, à booster. Il est appelé à se développer

Pour nos penseurs, la technologie peut donc être un vrai accélérateur, à condition que le manager sache utiliser les outils technologiques dont il dispose.

La technologie doit aider le manager à gérer la complexité et les aspects humains de sa mission.

Finalement, le manager sera sûrement le premier à épouser ces nouveaux modèles et à proposer des visions nouvelles. L’innovation managériale doit permettre de s’adapter aux innovations technologiques en cours et de proposer des stratégies novatrices qui accompagneront et dirigeront les transformations digitales à venir.

Pour conclure les débats, nos orateurs sont tombés d’accord sur le fait que la transformation des modes et des espaces de travail induit un nouveau référentiel de postures et pratiques managériales, qui reste en partie à construire.

Les managers actuels, bien qu’ayant vécu les modes de management du passé, peuvent se transformer pour devenir des optimisateurs du présent et réinventer le "business" des dix prochaines années. Une condition à cela : s’entourer de la bonne équipe et profiter des avis des uns et des autres pour relever les défis et s’adapter au mieux aux changements à venir dans leur rôle, tant concernant la gestion des emplois et plans de carrière, le développement personnel qu’en termes de recrutement en valorisant les softs skills et mad skills.

Ibtissam BENSLIMANE
Senior consultante